Comment vivre mieux avec son vieux chien ?

Lorsque notre chien est jeune et dans la force de l’âge, nous nous posons beaucoup moins la question de son état de santé. Comment peut-on prévenir au mieux l’expression de la vieillesse chez notre chien ?

Adopter un chien représente la responsabilité d’une vie commune qui va s’étaler sur de longues années dans la plupart des cas. Lorsque celui-ci est jeune et dans la force de l’âge, nous nous posons beaucoup moins la question de son état physique et mental. Il nous accompagne dans nos activités quotidiennes avec naturel et confiance. Or, lorsque notre compagnon prend de l’âge, des problèmes de santé peuvent apparaître. Comment peut-on prévenir au mieux l’expression de la vieillesse chez notre chien ? Quelles sont les attitudes à adopter pour que ses dernières années de vie soient les plus confortables possibles ? Découvrez ici quelques-uns de nos conseils.

Prévenir c’est guérir

On le répète sans cesse dans les médias en tout genre à propos des humains : “Il vaut mieux prévenir que guérir”. Traduction : si nous mettons en place de bonnes habitudes de vie bien en amont, les risques d’être impacté négativement par les années diminuent. Il en est de même pour l’animal préféré des français. A notre sens, 4 grandes familles de préventions peuvent être mises en place pour offrir une vieillesse confortable à son chien : l’alimentation, l’activité physique, l’activité mentale et l’hygiène.

L’alimentation du chien

Professionnels du chien et vétérinaires tombent d’accord sur ce point. Offrir à son compagnon à 4 pattes une alimentation qui lui est adaptée en termes d’apports nutritionnels aux différents moments de sa vie - chiot, adulte, senior - est essentiel pour l’aider à grandir et vieillir sereinement. Les fabricants de croquettes proposent une gamme extrêmement large de produits qui conviennent à tous les budgets. Portez une grande attention à la composition de l’alimentation sèche que vous donnez à votre chien. Il y a un rapport qualité / prix relatif. Une croquette de mauvaise qualité ne comble pas tous les besoins naturels et peut conduire à des problèmes de santé avec l’âge. Une croquette trop riche n’est pas non plus une solution viable sur le long terme. Il est possible de nourrir son chien avec une ration ménagère si elle est pensée pour le chien et non comme les restes préparés pour humain. Rapprochez-vous de votre vétérinaire pour une proposition diététique de ce type d’alimentation. Même chose du côté de l’alimentation humide industrielle (pâtée), appétante mais souvent déséquilibrée.

Enfin, on peut envisager une alimentation basée sur une approche dite naturelle. Soit le BARF, soit le RAW, qui répondrait aux besoins primitifs carnivores du chien. Il y a encore assez peu de recul sur ces deux méthodes. A l’instar de la ration ménagère, si c’est préparé avec bon sens, les complications dues à la vieillesse risquent de s’amoindrir.

L’activité physique du chien

Pour prévenir au mieux les problématiques de la vieillesse chez son chien, il est indispensable de consolider son patrimoine physique. Bien entendu en respectant les différentes étapes de sa croissance. Evitez les activités traumatisantes lorsqu’il est en pleine croissance. Respectez sa condition physique liée à sa race. Par exemple, les grands chiens sont connus pour être plus fragiles au niveau articulaire. Les grandes courses de fond ne sont peut être pas l’activité idéale pour eux. Variez les activités physiques pour travailler à la fois son cœur, ses poumons, ses muscles et ses articulations. Respectez ses envies et ses temps de repos.

L’activité mentale du chien

On néglige souvent cette partie pourtant très importante pour garder votre animal alerte, confiant et motivé. L’activité mentale de votre chien peut prendre plusieurs formes :

  • l’éducation canine qui permet de lui apprendre à se concentrer, à respecter vos règles de vie et à partager des moments gratifiants avec vous ;
  • les jeux stimulants qui l’amènent à réfléchir à des problèmes de plus en plus compliqué ;
  • les activités spécifiques qui sont une sorte de mix entre les deux catégories précédentes comme l’agility, le pistage, la gestion de troupeau, le flyball, etc.

L’hygiène du chien

Il y a une légère nuance à appréhender entre un chien en bonne santé et un chien propre. Evitez de nettoyer votre boule de poils trop souvent. Premièrement, il aime rarement ça et file après la douche se rouler dans la première crasse venue pour retrouver son odeur. Deuxièmement, des douches trop fréquentes peuvent abîmer le poil voire la peau. Avec les conséquences dermatologiques qui surviennent parfois avec les années. Pensez à son hygiène dentaire en lui brossant les dents et/ou lui donnant de quoi limiter l'apparition du tartre (sticks et bâtonnets à mâcher, etc.). Coupez lui les griffes régulièrement. Nettoyez lui les oreilles et les yeux. Prenez l’habitude de manipuler votre chien. Si en vieillissant des soins fréquents sont à réaliser, cela ne sera pas un désagrément pour lui comme pour vous.

art46p2.jpg

L’aider à vivre mieux

Il est difficile de dire avec certitude ce que ressent émotionnellement votre chien lorsqu’il se sent vieillir et moins capable de vous suivre partout. Se coucher dans le panier le fait grogner. Se promener devient moins stimulant avec une vue, une ouïe ou un odorat qui diminue. Que faire pour soulager au maximum le compagnon de toute une vie ?

Un suivi vétérinaire régulier

Dès les premiers signes apparents de vieillesse, nous ne pouvons que vous conseiller de réaliser un bilan de santé annuel pour dépister tout problème de sénescence. Votre vétérinaire va vérifier son rythme cardiaque, ses yeux, ses oreilles, ses articulations, etc. Une prise de sang va révéler toute carence ou maladie non diagnostiquée. Il arrive que l’identification d’un symptôme permet de mettre en place un traitement rapidement.

Appliquer des traitements préventifs / curatifs

Par extension, grâce à un suivi vétérinaire régulier, il est beaucoup plus facile d’anticiper les éventuels problèmes de santé auxquels va être confronté votre animal. Par exemple, les compléments alimentaires ont fait leurs preuves sur l’endiguement de l’arthrose s’ils sont mis en place bien avant qu’elle ne soit trop installée. Il en est de même pour l’alimentation avec des régimes prévus pour lutter contre la prise de poids ou les soucis rénaux. Parfois, il n’y a pas d’autres choix que de donner des médicaments à son chien pour qu’il soit soulagé. Les conseils d'un vétérinaire sont indispensables à ce moment là. Faites bien le point avec lui sur les bienfaits du médicament et sur les effets secondaires existants. Beaucoup d’anti-inflammatoires pris sur une longue période démontrent des conséquences désastreuses sur les organes vitaux : reins, foie, cœur. Le cas échéant, voyez avec lui s’il existe des alternatives plus naturelles issues de la phytothérapie et l’homéopathie.

Réaménager son espace de vie

Un dernier conseil. Peut-être le plus important. Continuez à partager du temps avec votre vieux chien. Ses capacités physiques sont peut-être altérées mais il a toujours envie d’être avec vous. C’est à vous d’adapter votre mode de vie pour donner envie à votre animal de continuer à être heureux. Un chien qui se sent aimé est un chien confiant qui se maintient plus facilement en bonne santé.

vétérinairesoins age hygiène compagnon prévention activité physique activité mentale maladiemeilleur ami