L'agressivité chez le chien : comment la traiter ?

Souvent incomprise, l'agressivité fait partie d’un réseau complexe de signaux qui définissent un état émotionnel à un instant T

L’agressivité chez le chien fait partie intégrante de son mode de communication. Souvent diabolisée, encore plus incomprise, elle fait partie d’un réseau complexe de signaux qui définissent un état émotionnel à un instant T. Il est essentiel de comprendre ce qu’est l’agressivité chez son chien pour intervenir de façon adaptée et l’aimer encore plus sans l’empêcher de s’exprimer pleinement.

C’est quoi l’agressivité chez le chien ?

Définition

Il est assez difficile de définir ce qu’est précisément l’agressivité. Elle est la traduction par une action menaçante d’un état émotionnel fort lorsque tous les autres codes canins plus pacifiques n’ont pas eu l’effet recherché. L’agressivité se traduit par un certain nombre de comportements significatifs. Traduction comportementale

Les expressions comportementales que nous allons présentons ici sont une présentation schématique et grossière qui vise à poser des repères. Un comportement est toujours lié à un contexte situationnel et émotionnel. C’est pourquoi un code canin similaire n’exprime pas nécessairement une émotion semblable selon ce contexte.

Si nous devions illustrer une chaîne comportementale croissante, voici comment se traduirait l’agressivité chez le chien :

  • Grognement plus ou moins sourd ;
  • Découvrement des crocs ;
  • Apparition de la crête dorsale ;
  • Initiative de contact ;
  • Tentative de morsure.

Bien évidemment, plus tôt vous êtes capable d’identifier un comportement agressif chez un chien, plus il est facile d’intervenir en amont pour éviter d’en arriver à une situation dangereuse.

Origines de cet état émotionnel

Un comportement agressif ne sort jamais de nulle part. Il existe des chiens plus agressifs que d’autres, comme chez les humains. Malgré cela les sources qui génèrent un tel état émotionnel peuvent être regroupées en 3 groupes:

  • La protection de ressources : nourriture, territoire et reproduction ;
  • La peur : perte d'autocontrôles sociaux face à une situation anxiogène ;
  • Le retour à l’homéostasie suite à une situation émotionnellement inconfortable ; une douleur forte ; une très grande frustration.

Chaque agressivité est associée à une de ces sources. L’identifier avec précision est une étape préalable à son traitement.

art51p2.jpg

Comment traiter l’agressivité de son chien ?

Nous avons pleinement conscience qu’un comportement de type agressif est particulièrement regrettable et gênant. Il faut garder à l’esprit que toute thérapie comportementale nécessite de la patience et de la douceur. Le but est d’intervenir positivement sur l’expression indésirable d’un état émotionnel fort. Il n’est en aucun cas question de supprimer un comportement. L’idée est d’accompagner son chien vers une meilleure gestion émotionnelle d’une situation problématique. Le comportement agressif n’est pas supprimé mais remplacé par un comportement social plus adapté et moins dangereux pour lui ou les autres.

Étape 1 : Retrouver l’homéostasie

Nous ne parlons pas ici d’une des sources de l’agressivité de votre chien, comme citée plus haut. Il s’agit d’un accompagnement extérieur afin d’aider son chien à redescendre en pression. On propose à son animal une porte de sortie émotionnellement moins forte. Tous les codes canins utilisés par un chien ont pour objectif de le maintenir dans un état confortable qu’on appelle l’homéostasie. En d’autres termes, son équilibre intérieur. L’idée est d’éviter à tout prix que son compagnon s’enferme dans un mécanisme où l’agressivité est son état homéostatique. Ou que par une approche trop contraignante (voire violente), il développe un état de détresse acquise. C’est à dire qu’il réprime toute expressivité d’émotions par peur de réponses négatives. Cet état est sûrement le plus dangereux puisque le chien ne prévient plus de son état d’inconfort. Comment l’aider à retrouver son équilibre intérieur sereinement ? Dans un premier temps, l’éloigner de l’origine du stimulus est la meilleure solution. Il faut se montrer engageant et ferme à la fois. L’idéal est de détourner son attention dans la direction opposée tout en l’entraînant plus loin. L’excitation sera encore présente pendant un moment. Il est recommandé de s’appuyer, une fois éloigné de la source d’agressivité, sur les bases éducatives qui reproduisent des comportements d’apaisement : la position assise ou couchée, lui faire tourner le dos au stimulus, etc. Attention à ne pas tomber dans la surprotection. L'objectif est juste de calmer votre animal pour lui proposer dans un deuxième temps une désensibilisation adaptée.

Étape 2 : Désensibiliser votre chien au stimulus

C’est à ce moment là qu’il est indispensable de bien identifier la cause de l’agressivité de votre chien pour adapter la thérapie comportementale. Le mécanisme de désensibilisation est identique. La forme du traitement peut varier s’il s’agit d’une protection de ressources, de la peur ou d’un retour altéré vers l’homéostasie. Un désensibilisation consiste à rendre inintéressant un objet ou une situation. Tout au moins rendre ce stimulus moins efficace sur le comportement de votre chien. Lorsque le déclic d’agressivité est identifié, il est bien plus simple d’agir dessus de manière adaptée. L’agressivité est liée à la proximité du stimulus. Celle-ci est variable selon les individus. La première étape consiste à jouer sur la zone de confort de votre compagnon en réduisant progressivement la distance avec le déclencheur. A chaque fois que votre animal se comporte comme attendu - calme face à la situation - vous le félicitez. Progressivement vous réduisez la distance jusqu’à ce qu’il soit en contact direct. Si jamais l’agressivité s’exprime, vous détournez son attention pour qu’il redevienne calme. Puis vous reprenez l’exercice. L’objectif est que votre chien n’utilise plus l’agressivité face à une situation inconfortable pour lui. C’est travail de patience, de fermeté et de confiance.

Désensibiliser plutôt qu’interdire systématiquement offre des résultats bien meilleurs sur le long terme. Votre chien devient beaucoup plus autonome émotionnellement. Il ne représente pas ainsi un danger pour lui, ses congénères ou encore les humains qu’il pourrait les côtoyer. La peur est souvent confondue avec un comportement agressif alors que celui-ci n’est que l’illustration inadaptée de cet inconfort. Il est normal que votre petit chien grogne voire montre les dents au gros molosse du voisin. Il est peut-être impressionné. Une mise en contact progressive et positive donnera d’excellents résultats. N'hésitez pas à demander rapidement l'aide d'un professionnel pour vous aider avant qu'il ne soit trop tard.

vétérinairecaractèrecommunication désensibilitation morsure cohabitation rencontre émotion comportementaliste