L'hyper-attachement chez le chat

On parle souvent de la dépendance affective chez l'homme, mais cela existe aussi chez le chat. Il s'agit d'hyper-attachement.

De nombreuses personnes adoptent un chat pensant tout savoir sur sa santé. En effet, vous rendre à la SPA n'est clairement pas la mer à boire. Le conduire très souvent chez le vétérinaire est également un réflexe fréquent chez tous les maîtres. Mais vous êtes-vous déjà posé la question quant à l'appréhension de son caractère ? De ses émotions ? Oui ! Le chat peut refouler plusieurs sentiments qui peuvent se manifester par des actes violents envers son maître ou envers les autres. L'un des premiers symptômes d'une dépense affective chez votre animal, c'est l'hyper-attachement.

L'hyper-attachement, concrètement, qu'est-ce que c'est ?

En des termes très simples, l'hyper-attachement, c'est la recherche constante et continue d'un contact, peu importe sa nature. Votre chat est souvent sur votre lit, il vous suit partout où vous allez, il miaule pour attirer votre attention afin de prendre soin de lui. Matin et soir, il use de tous ses subterfuges pour qu'il devienne votre seul et unique centre d'intérêt. Une caractéristique de cet animal doux, c'est qu'il se frotte sans cesse à vos pieds, il griffe les meubles et mordille les vêtements. Il vous suffit de vous éloigner quelques heures et il sera pris d'une angoisse à ne plus savoir quoi faire. On parle souvent de la dépendance affective chez l'homme, mais cela se transpose exactement de la même manière chez le chat. Dans ce cas, on parle d'hyper-attachement. C'est un phénomène très récurrent chez le chien, mais il se manifeste également chez le chat. En effet, certains chats ont presque tout le temps ce besoin d'être en contact avec les humains, et ce, constamment. Qu'il soit tactile ou visuel, le chat a besoin de vous voir et de vous sentir près de lui. Avez-vous déjà remarqué que votre chat se portait mal quand vous vous absentez ? Surtout lorsqu'il s'agit d'une longue absence ? C'est à ce moment même qu'il est pris d'une angoisse et d'un stress parfois incontrôlables. Par conséquent, ils extériorisent ce mal-être en détruisant ce qu'ils trouvent devant eux, allant même jusqu'à s'automutiler. Votre bon vieux canapé en a reçu des coups de griffes, n'est-ce pas ?

art58p2.jpg

Quelles sont les causes de l'hyper-attachement chez le chat ?

Majoritairement, un chat avec une dépendance affective est sevré trop tôt. S'il a été séparé de sa mère dès les trois premiers mois de sa naissance, l'affection qu'il lui portait sera transposée et transférée vers l'humain qui l'aura adopté. Étant donné que sa mère est à même de lui apporter toute l'affection dont il a besoin, il se sent couvé et a toute l'attention qu'il souhaite avoir. De ce fait, lorsqu'elle n'est plus là, il est livré à lui-même et cherche le moyen de « combler ce vide ». Et c'est tout naturellement envers son maître que le petit chaton va développer une dépendance et il va s'y accrocher d'une manière très excessive, voire maladive.

Ce n'est pas une fatalité !

Ne s'agissant pas d'une fatalité, en grandissant, le chat doit apprendre à être indépendant, mais encore faut-il savoir quel est le bon moment pour l'adopter. Nous vous conseillons de le laisser profiter un peu de sa mère et d'éviter, à votre tour, de trop le materner. Il est vulnérable, il pousse des cris vous conduisant instinctivement à le caresser et à le prendre dans vos bras. Évidemment, vous pourrez le faire, mais ne cédez pas à la tentation de le surprotéger, mais apprenez-lui plutôt à être indépendant. De cette manière, il ne va pas dépendre de vous et ne va pas développer un hyper-attachement maladif à votre encontre.

Un chat trop couvé ?

Lorsque la chatte pousse ses chatons à prendre leur indépendance, les choses deviennent assez compliquées. Lors de votre adoption du petit chat, vous n'allez pas forcément voir le petit félin tel que sa mère le voit : indépendant et suffisamment mûr et mature. En effet, vous le verrez d'un tout autre œil : un pauvre petit bébé chat, seul, sans sa maman et ses frères et sœurs. C'est tout naturellement que votre instinct et une affection singulière vont prendre le dessus. Par conséquent, vous allez le rassurer, le cajoler, le couvrir de câlins et le surprotéger ! Vous croyez que votre chat est déboussolé, mais vous n'allez qu'engendrer un sentiment de dépendance et d'hyper-attachement.

art58p3.jpg

Comment faire face à l'hyper-attachement chez le chat ?

Vous devez savoir que l'hyper-attachement ne se manifeste pas uniquement chez les petits chats qui ont été récemment adoptés. Il arrive qu'un chat adulte ait été très longtemps malade et s'est donc trop habitué à être pris en charge constamment et attirant l'attention de son maître continuellement tout au long de sa maladie. Une fois guéri, il perd cet avantage d'être le centre du monde de son maître et il le vit mal. Afin d'éviter les répercutions d'un tel comportement sur sa santé, son mental et votre quotidien, il faut imposer des limites et ne jamais aller au-delà. Ceci dit, c'est tout à fait normal de prendre soin de son chat, de le caresser, de le câliner et de lui porter tout l'amour dont il a besoin. Mais ne faites pas de cet attachement envers lui quelque chose de nuisible, ne le couvez pas beaucoup et à vous de jouer : trouvez le juste-milieu pour une bonne harmonie entre vous deux.

Un bonheur à partager dans de bonnes conditions !

Pour finir, il est tout à fait possible et concevable de bien vivre avec chat en toute harmonie, et ce, durant de longues années. Ne le couvez pas, respectez son indépendance et son intimité, mettez à sa disposition des jeux qui vont le captiver et attirer toute son attention. Montrez-lui que c'est vous le maître de la maison. Dans le cas où la situation ne s'arrange pas et que malgré tous vos efforts, l'hyper-attachement chez votre chat continue à vous embêter au quotidien, il est impératif de consulter un vétérinaire. Ce dernier sera de bon conseil et il pourra même lui prescrire des médicaments tels que les anxiolytiques si le besoin se fait ressentir. Assurez-vous de l'aider à se débarrasser de cette mauvaise habitude en adoptant, vous aussi en tant que maître, les bons gestes et le comportement adéquat.

vétérinaireliensoinssensibilité complicité observation affection solitude