La dépression chez le chat

Un animal délicat à la sensibilité exacerbée qu'il faut surveiller.

La dépression peut gagner le chat et lui être fatale. Elle éteint ses instincts de félin et lui enlève le goût de vivre. Fini les ronronnements à rallonge, les miaulements à l'ouverture du paquet de croquettes, votre chat est triste. La dépression s’installe discrètement, presque à pattes de velours… Elle se confond avec une humeur passagère, une lassitude ponctuelle ou un état de morosité ambiante mais elle progresse rapidement et n’offre aucune autre issue au chat que le repli sur soi et le renoncement. Comme pour l’homme, cette maladie doit être prise au sérieux dès les premiers signes : elle nécessite un avis vétérinaire. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce trouble comportemental aux symptômes morbides pour rester à l’écoute de votre animal de compagnie et le garder en bonne santé.

Parole de chat, la dépression ne tient parfois qu’à un fil

Aucun passionné ne pourrait nier que le chat est un animal délicat. Sa sensibilité est aiguisée par ses sens et il arrive que l’anxiété le ronge sans alerter. Votre animal de compagnie peut tomber en dépression malgré votre affection. Elle est déclenchée par une anxiété prolongée, un désarroi profond ou une détresse sans nom. L'indépendance légendaire du chat comme son côté mystérieux ne le protègent pas de ce mal qui envahit tout son être. Toute perte de repères est source de stress pour votre animal. Il est important de comprendre sa nature pour respecter ses habitudes. Il n’est pas rare qu’un déménagement bouleverse l’équilibre du chat : il a besoin de retrouver ses repères et d’évoluer dans un espace familier pour se sentir bien. S’il passe d’une maison avec jardin à une vie en appartement avec vue sur la route, le changement sera brutal pour lui ! Le chat peut aussi se sentir abandonné en votre absence. Il a été prouvé que l’ennui de la solitude et le manque d’activités sont à l’origine d’un comportement dépressif. Mais d’autres observations ont montré que, parfois, le problème découle directement d’un sevrage prématuré. Le départ d’un membre de la famille ou le décès d’un congénère conduisent également à la dépression du chat. Sa détresse affective l’envahit et le pousse vers le précipice du désespoir, à une patte du vide existentiel vécu par l’homme… Comment alors ne pas passer à côté de la dépression de son doux compagnon ? Plusieurs symptômes mettent sur la voie de son état.

art74p2.jpg

Comment reconnaître la dépression chez le chat sans délai ?

Le chat exprime son mal de vivre avec un langage comportemental. Il dit sa douleur psychique à travers des changements d’attitudes radicaux. Toute modification subite de son comportement doit « mettre la puce à l’oreille ». La dépression du chat se traduit d’abord par une inactivité permanente, une sorte d’apathie. Cette attitude soudaine ne doit pas être prise à la légère : il ne s’agit en aucune façon d’une paresse passagère. Souvent ce symptôme est associé à une insomnie. L’agressivité permanente caractérise aussi le chat dépressif. La perte d’appétit doit alerter. La perte de la propreté est le signe d’un renoncement à la vie. Si votre animal de compagnie fait tout à coup ses besoins en dehors de sa litière, ne prend plus soin de son pelage et dégage de fortes odeurs, il n’est plus animé par ses instincts naturels. À ce stade, son goût de vivre a laissé place à la dépression : c’est le signe que la maladie risque de l’emporter sur la vie. Chacun de ces symptômes doit conduire à une consultation dans les plus brefs délais et à une prise en charge de la dépression une fois le diagnostic établi.

La prise en charge médicale de la dépression chez le chat

Une consultation permet d’écarter une raison médicale à ce trouble du comportement. Une maladie peut en effet être à l’origine du mal être du chat. De toute façon, il faut intervenir rapidement : trois jours sans manger le mettent en danger. Le vétérinaire propose dans ce cas une alimentation assistée. Une fois rassuré sur l’état de santé de votre animal de compagnie, les questions du vétérinaire vous aideront à faire le tour des éventuelles causes de son comportement dépressif. Ses conseils vous guideront vers des solutions à mettre en place. Selon le stade de sa dépression, quelques ajustements peuvent suffire pour un retour à l’équilibre. Des phéromones apaisent l’animal le temps qu’il s’habitue aux changements d’environnement. Mais toutes ces thérapies ne sont que provisoires et visent à pallier l’urgence de la situation. Pour sortir définitivement de la dépression, le chat nécessite un accompagnement spécifique. Vous devrez stimuler et soutenir votre animal de compagnie jusqu’au bout.

art74p3.jpg

Comment aider son chat à surmonter sa dépression durablement ?

Le lien affectif qui vous unit à votre chat est primordial dans la résilience de votre compagnon à quatre pattes. Vos câlins et vos caresses le réconfortent, vos jeux partagés l’enthousiasment. Si la dépression guette, il est urgent d’aller vers votre chat et de le combler d'amour. Les jouets pour chats stimulent leurs instincts de chasseurs et réveillent leurs sens. Ils sont indispensables à sa rééducation, ils enrichissent son quotidien et lui donnent un avant-goût de guérison pour mieux lutter contre ce mal de vivre. La dépression peut être évitée avec un parcours aménagé : vous pouvez lui installer un perchoir et un arbre à chat pour l’inciter à grimper, observer son monde depuis une plateforme sécurisée et bondir d’un endroit à l’autre à sa guise. Il apprécie aussi les cachettes aménagées et les griffoirs spécialement étudiés pour mener une vie de chat dans la sérénité. Ces accessoires participent à un environnement adapté à son bien-être et favorisent son épanouissement, loin des sentiers de la dépression. Ils aident à entretenir un lien avec les plaisirs simples de la vie. Si vous constatez les symptômes d’une dépression, n’attendez pas : consultez un vétérinaire pour un diagnostic immédiat ! En attendant un bilan médical, ne vous privez pas de câliner, de caresser et de jouer avec votre chat pour lui transmettre votre enthousiasme et partager des moments de complicité.

vétérinaireliensoinssensibilité complicité observation