Quelles questions faut il se poser avant d'adopter un chien ?

L’adoption d’un chien n’est pas une démarche que l’on entreprend à la légère : la décision d’accueillir un animal engage votre responsabilité affective, mais aussi financière.

On sait tous que le chien est le meilleur ami de l’homme. Ils sont nombreux à partager nos vies, près de 7,6 millions en France. L’adoption d’un chien n’est pas une démarche que l’on entreprend à la légère : la décision d’accueillir un animal engage votre responsabilité affective, mais aussi financière. Le chien est la première espèce animale domestiquée par l’homme, c’est probablement pour cette raison qu’il a une place toute particulière réservée dans nos vies. Mais alors comment bien choisir son toutou ?

Quelle race de chien choisir ?

Si il est important de bien choisir la race, avant même les aspects de personnalité, il faut prendre en compte les paramètres de taille et de poids. Choisir un chien de chasse de 30kg et plus quand on vie en appartement n’est pas forcément une bonne idée. Même chose si vous lorgnez sur un Yorkshire alors que vous êtes avides de longues balades en forêt avec votre chien. C’est à vous de vous responsabiliser et de choisir votre animal en fonction de vos capacités physiques d’aujourd’hui et de demain, en passant outre les tendances du moment. Il faut choisir le chien qui nous correspond le mieux. On ne peut pas adopter un chien parce que telle ou telle race est à la mode sur Instagram. Il faut se poser les bonnes questions avant de jeter son dévolu sur une petite boule de poils. Par exemple quelle est la taille maximum que l’on veut, est ce que j’aurai le temps de brosser mon chien régulièrement et de gérer de longues balades ? Est-ce que je souhaite un chien joueur ou plutôt indépendant ? Ai-je des enfants ? Est-ce que les aboiements de chiens me crispent ? Ces questions qui peuvent sembler anodines sont de réels sujets. L'adoption d'un chien vous engage sur au moins 10 ans, on ne parle pas d'un achat compulsif. Il n'y a pas de retour en arrière possible. Attention aussi aux problèmes de santé, certaines races de chiens plus que d’autres, comme les bouledogues français ou anglais, demandent parfois un investissement financier plus important car ils sont plus fragiles. Il faut également prendre en compte les frais annexes comme une stérilisation ou d'éventuels problèmes de santé spécifiques à certaines races.

Votre emploi du temps est-il compatible avec la présence d’un chien ?

Un chien demande une beaucoup de disponibilité de la part de son propriétaire, au minimum pour le nourrir, le sortir, mais aussi pour s’en occuper et jouer avec lui, parfois enfin pour le soigner lorsqu’il est malade. Il est important de bien prendre en considération ces éléments avant d'accueillir une boule de poils à la maison. Avez-vous des horaires réguliers qui vous laisseront assez de loisir pour bien vous en occuper, ou au contraire avez-vous un emploi du temps chaotique ? Dans ce dernier cas, une personne de votre entourage peut-elle s’en occuper en votre absence ? Si vous vous sentez apte a prendre du temps pour vous occuper et chérir votre chien, et que vous avez en tête que c'est un engagement sur du long terme, foncez.

art14p2.jpg

Ai-je l’espace adéquat pour accueillir un chien ?

Avoir un chien ne veut pas forcément dire vivre dans une villa avec un hectare de terrain. On peut tout à fait avoir un chien épanoui en appartement, il suffit de choisir une race adaptée et de le sortir régulièrement. Si vous vivez dans un logement sans jardin, privilégiez des races qui s’en satisferont, de petite taille, et plutôt calmes. Il est logique qu'un Yorkshire s'adaptera mieux à une vie citadine qu'un Husky. Même s’il dispose d’un grand jardin, ne mettez pas de côté les balades quotidiennes de votre chien. Il n’aura pas forcément son compte d’odeurs, ou de découvertes, et pourra tourner en rond. Un chien a avant tout besoin d’être aimé mais aussi de voir des lieux différents, de sentir des odeurs variées, de croiser des congénères, choses qu’il ne peut faire s’il n’est pas sorti régulièrement.

Ai-je les moyens financiers d’élever un chien ?

Bien que l’arrivée d’un chien dans un foyer soit un grand bonheur, cela coûte tout de même de l’argent. Mieux vaut donc savoir où l’on met les « pattes » ! À l’achat, tout dépendra si vous optez pour un chien pure race, enregistré au LOF, pour un animal acheté à un particulier, ou pour un chien adopté dans un refuge. Pour un chien de race à la mode ou rare, le prix peut aller jusqu’à 2000 euros ! Pour le nid douillet de votre loulou, il faudra prévoir un panier, pour les promenades une laisse et un collier, des jouets, une gamelle etc. Tous ces produits ont un coût, variable certes, mais un cout tout de même. Il faut également penser aux dépenses alimentaires : le budget peut être varier d’un chien à un autre, en fonction de sa taille et du type d’alimentation choisi (sèche, BARF ou ménagère). Les frais vétérinaires de votre chien sont aussi à prendre en compte. Un chien a besoin d’au moins une visite annuelle chez le vétérinaire pour vaccinations (environ 100 euros), vermifugation, lutte contre les puces et les tiques, examens de routine, stérilisation etc. Parfois aussi, il peut tomber malade, et même souffrir d’infections chroniques qui nécessiteront une surveillance à vie et un traitement onéreux. Dans ce cas, les assurances santé peuvent s’avérer intéressantes car elles prennent en charge la majeure partie des frais vétérinaires. Enfin, selon la race de votre chien, un toilettage régulier sera indispensable. Tous ces éléments sont donc à prendre en compte avant l’arrivée de votre fidèle compagnon. Il est important d’être capable de bien l’éduquer, mais il faut avant tout pouvoir le couvrir d’affection et de lui accorder du temps.

soins sortie jeux race responsabilités activités temps loisirsalimentation